Nous marchons pour notre futur

Annabel Morin Carpentier

Comme vous le savez peut-être déjà tous, le 27 septembre dernier, dans notre métropole eut lieu la plus grande manifestation pour l’environnement de l’histoire du Québec, qui s’inscrit dans le mouvement « Planète en grève ». Plusieurs personnalités importantes étaient sur place telles que Justin Trudeau, Valérie Plante, le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, David Suzuki et bien évidemment, la source de tous ces mouvements, la jeune suédoise de 16 ans, Greta Thunberg.

Le départ se faisait devant la statue de George-Étienne Cartier, au pied du Mont Royal, et les manifestants se rendaient jusqu’à la station Laurier. Une très grande majorité des élèves de 5e secondaire ont pris la décision de manquer une journée d’école pour aller manifester leur désir de changement de la part du gouvernement. Bien évidemment, le Comité environnement de l’école a participé à cet évènement.

La triste vérité est que même si tout le monde fait de son mieux pour essayer de réduire son empreinte carbone en économisant sur le chauffage, en faisant du covoiturage, en utilisant des produits biodégradables ou en gaspillant moins, le plus gros du travail revient au gouvernement. Lors de la marche, des gens de toutes les générations marchaient, chantaient et criaient dans les rues pour faire en sorte que des lois protégeant notre planète soient créées. Plusieurs d’entre eux souhaitent aussi avoir une taxe sur le carbone. À la fin, la jeune activiste Greta a fait un discours touchant au demi-million de personnes qui l’ont écoutée et applaudie.

 « You should be very proud of yourselves and because of this we have done together, and I cannot thank you enough for being here. »

« Around the world today, millions of people are marching right now and it’s just incredible to be united in such a way for a common course and it just feels great, doesn’t it? »

« Your nation is eligible a climate leader, but it means absolutely nothing because it’s just empty words and the politics needed are still nowhere in sight. »

Bref, que vous croyiez au pouvoir de l’union ou pas, il faut absolument trouver des moyens de changer le cours de notre futur, car nous n’avons qu’une planète et il faudrait en prendre soin si nous voulons la garder.